ACTUALITÉS

Survol de Bruxelles
Pour DéFI, les Bruxellois encaissent et Zaventem engrange
Le mercredi 23 octobre 2019

Les dernières révélations autour de manipulations de cartes de survol et du montant des recettes communales d’une des communes sans doute les moins survolées de Belgique, Zaventem, rappellent qu’il est plus que temps que l’arrêté Gosuin soit respecté de manière inconditionnelle. DéFI interrogera le ministre fédéral de la Mobilité ce mercredi.

Des cartes de survol volontairement erronées

Ce vendredi 18 octobre, on apprenait dans la presse l’utilisation de cartes de survol manifestement et volontairement erronées par la Province du Brabant flamand et les communes plaignantes devant l’Etat belge, dont Zaventem, au sujet de leur survol par des avions au départ et à l’arrivée de l’aéroport de Bruxelles.

L’objectif de cette opération était de prouver, en gommant de très nombreux survols, que le territoire régional bruxellois est peu survolé.

Jonathan de Patoul, député bruxellois DéFI, a interrogé Alain Maron, ministre bruxellois en charge de l’Environnement. Le Ministre suivra la situation et a précisé qu’il serait particulièrement attentif au sujet du respect des normes de bruit à Bruxelles.

Zaventem perçoit 10 millions de Bruxelles-National

Ce samedi, on apprenait que la commune de Zaventem perçoit chaque année de Bruxelles-National des recettes évaluées à 10 millions d’euros. Cette somme constituerait entre 20% et 25% des recettes communales. Or, Zaventem, commune plaignante, est pourtant très peu impactée par les nuisances sonores de l’aéroport. Moins de 900 avions l’ont survolé en 2018, selon Airport Mediation.

Les Bruxellois et les habitants de la périphérie bruxelloise souffrent des nuisances sonores, mais la commune de Zaventem engrange les bénéfices d’une politique faite de cynisme et de duplicité.

Par conséquent, la députée fédérale DéFI Sophie Rohonyi interpellera de son côté le Ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, ce mercredi en Commission Mobilité de la Chambre, sur la nécessité d’une véritable étude d’incidences environnementales garantissant une répartition des vols en fonction de la densité de population ainsi que sur le paiement des éventuelles astreintes en cas d’inaction du gouvernement fédéral. Elle lui demandera également de clarifier le nombre de vols ayant survolé Bruxelles au cours de l’année 2018 et durant les trois premiers trimestres de l’année 2019.

Respecter l’arrêté dit Gosuin

Pour rappel, DéFI demande également le respect inconditionnel de l’arrêté dit Gosuin ainsi que les moyens nécessaires à son contrôle.  La création d’un fonds d’indemnisation pour fournir des solutions d’isolation des bâtiments survolés doit également être à l’ordre du jour. Ce dernier pourrait être alimenté en partie par les recettes perçues de l’activité de l’aéroport dans les communes avoisinantes.

Dans la même rubrique
A Bruxelles, les zones piétonnes sont toujours un enfer pour les personnes à mobilité réduite
région bruxelloise A Bruxelles, les zones piétonnes sont toujours un enfer pour les personnes à mobilité réduite
A Bruxelles, 92% des contribuables sont francophones
droits linguistiques A Bruxelles, 92% des contribuables sont francophones
“On doit se mobiliser pour fortifier l’État belge avec nos amis flamands”
Grand entretien “On doit se mobiliser pour fortifier l'État belge avec nos amis flamands”
Congrès électif & Réception de Nouvel An : les infos pratiques !
élections internes Congrès électif & Réception de Nouvel An : les infos pratiques !
Débat entre les candidats à la présidence bruxelloise & présentation du programme pour le secrétariat général
élections internes Débat entre les candidats à la présidence bruxelloise & présentation du programme pour le secrétariat général
Watermael-Boitsfort s’engage contre les violences faites aux femmes et pour la reconnaissance du féminicide
Journée internationale contre les violences faites aux femmes Watermael-Boitsfort s'engage contre les violences faites aux femmes et pour la reconnaissance du féminicide